À la gloire de la simplicité dans la cuisine

streetfood

La gastronomie mondiale est aussi diverse que ses peuples. Le développement et l’innovation se poursuivant dans le domaine de l’alimentation, cette diversité ne fait que se renforcer. Les possibilités sont infinies, et tant qu’on a l’assiette pleine, on est content. La cuisine de rue offre certaines des meilleures expériences culinaires ; en voici quelques exemples célèbres.

En Inde, le Poulet 65 est un plat au poulet agrémenté de raita à la menthe : c’est une explosion de saveurs à ne surtout pas rater !

Le plat Elote en Vaso de la Malaisie est aussi incontournable. La simplicité de ce plat composé de grains de maïs arrosés de beurre vous ravira.

La Bosnie-Herzégovine est connue pour le burek. À la fois croquant et tendre, le burek est un plat des Balkans. Il s’agit de pâte phyllo fourrée avec de la viande hachée, des épinards ou du fromage et des herbes et arrosée de beurre ou d’huile d’olive et cuite au four. Le burek se déguste à n’importe quel moment : au petit déjeuner, avec un thé noir, ou après une nuit animée dans le quartier de Sarajevo.

Les Français ont leurs croissants et les Marocains ont leur sfenj. Il s’agit de beignets tendres à base de pâte salée et collante, sans lait ou beurre. Les Marocains les adorent le matin ou en fin d’après-midi.

Les Sud-africains sont accros aux walkie-talkies à base de pattes et de têtes des poulets. Ils sont bouillis ensemble pour éliminer leurs parties les moins tendres, assaisonnés et cuits en fonction des préférences.

Le marché Carmel de Tel Aviv contient certains des produits les plus photogéniques au monde : grenades écarlates, dates charnues et plats à emporter délicieux. Ne ratez pas le sandwich burger kebab : de succulents pavés de hachis d’agneau et de bœuf parfumés de menthe dans du pain pitta bien tendre avec de la sauce tahini, du persil et de la coriandre.

La cuisine de rue ne sert pas seulement à assouvir sa faim ; ces plats innovateurs et originaux permettent de vraiment savourer les endroits qu’on visite.

Paul Intalan

Leave a Reply